×
Nous utilisons Mailchimp pour notre newsletter.
-Vos informations seront enregistrées dans notre compte Mailchimp.
-Nous vous enverrons environ une newsletter tout les 2 ou 3 mois.
-Vous pourrez vous désabonner à tout moment, depuis la newsletter.
-Nous ne ferons aucune autre utilisation de vos informations personnelles.
-Nous ne communiquerons vos informations à aucune autre tierce partie..
Pour en savoir plus, consultez notre Politique de Confidentialité :
Privacy Policy
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Francois Glineur
Francois Glineur
-
Les Métamorphoses d’Ovide
Du 22 janvier au 20 février 2016
Artistes :
Francois Glineur
Francois Glineur
Francois Glineur
Francois Glineur
-
Les Métamorphoses d’Ovide
Du 22 janvier au 20 février 2016

« L’Olympe façon Glineur

Pour soustraire la nymphe Io qu’il convoite au courroux de son épouse, Jupiter la change en génisse. Jalouse forcenée, Junon fait surveiller sa rivale par le monstre Argos aux cent yeux.Jupiter fait tuer le cerbère, Junon recueille ses cent yeux et les transplante sur le plumage des paons...

Vous haussez les sourcils, vous trouvez cette légende abracadabrante ? Bienvenue dans l’Olympe ressuscitée par François Glineur.

Les conteurs sont de très vieilles âmes et des enfants habités par leurs songes. Nés ici ou ailleurs, aujourd’hui ou il y a deux mille ans, ils nous prennent par la main, par le cœur,ils nous emmènent en voyage en nous enseignant qu’arriver importe moins que cheminer.

François Glineur est un poète et un conteur né. Insatiablement curieux de nouveaux chemins, il aime étonner et s’étonner lui-même. Il a le geste audacieux, folâtre et généreux, la couleur prolixe, il sait qu’un récit et un tableau ne valent que s’ils captivent, que l’invraisemblable et la vérité se nourrissent l’un de l’autre et que la surprise naît souvent du détour.

Ses Métamorphoses ne sont pas seulement des interprétations du très long poème d’Ovide,elles sont des portes ouvertes sur des ailleurs rocambolesques, parfois cruels, toujoursenchantés. Des échappées dans un espace dilatable à l’infini qui ne connaît ni temps ni frontièreparce qu’il plonge ses racines dans le merveilleux. La passion, la ruse, l’amour qui survit à lamort, la trahison, l’héroïsme, tout ce qui dépayse, ravit et nourrit est là, il suffit de se laisserporter.

Ouvrez grand vos yeux. Penchez-vous, tendez l’oreille au récit qui ondule sous la vigueur du trait, rêvez éveillé en suivant le pinceau.

Il était une fois, deux fois, quatre vingt dix fois...»

Eve de Castro

« L’Olympe façon Glineur

Pour soustraire la nymphe Io qu’il convoite au courroux de son épouse, Jupiter la change en génisse. Jalouse forcenée, Junon fait surveiller sa rivale par le monstre Argos aux cent yeux.Jupiter fait tuer le cerbère, Junon recueille ses cent yeux et les transplante sur le plumage des paons...

Vous haussez les sourcils, vous trouvez cette légende abracadabrante ? Bienvenue dans l’Olympe ressuscitée par François Glineur.

Les conteurs sont de très vieilles âmes et des enfants habités par leurs songes. Nés ici ou ailleurs, aujourd’hui ou il y a deux mille ans, ils nous prennent par la main, par le cœur,ils nous emmènent en voyage en nous enseignant qu’arriver importe moins que cheminer.

François Glineur est un poète et un conteur né. Insatiablement curieux de nouveaux chemins, il aime étonner et s’étonner lui-même. Il a le geste audacieux, folâtre et généreux, la couleur prolixe, il sait qu’un récit et un tableau ne valent que s’ils captivent, que l’invraisemblable et la vérité se nourrissent l’un de l’autre et que la surprise naît souvent du détour.

Ses Métamorphoses ne sont pas seulement des interprétations du très long poème d’Ovide,elles sont des portes ouvertes sur des ailleurs rocambolesques, parfois cruels, toujoursenchantés. Des échappées dans un espace dilatable à l’infini qui ne connaît ni temps ni frontièreparce qu’il plonge ses racines dans le merveilleux. La passion, la ruse, l’amour qui survit à lamort, la trahison, l’héroïsme, tout ce qui dépayse, ravit et nourrit est là, il suffit de se laisserporter.

Ouvrez grand vos yeux. Penchez-vous, tendez l’oreille au récit qui ondule sous la vigueur du trait, rêvez éveillé en suivant le pinceau.

Il était une fois, deux fois, quatre vingt dix fois...»

Eve de Castro

Artistes :
Francois Glineur
Francois Glineur
No items found.
No items found.